voir tous les portaits

Pietro
Garbellotto

Je suis le représentant de la septième génération d'une entreprise familiale d'artisanat du bois et de fabrique de foudres dont la création remonte à 1775.

M. Pietro GARBELLOTTO, vous êtes un des membres Italien de l'Association des Hénokiens, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

> Pietro GARBELLOTTO : Avec plaisir. Mon nom est Pietro Garbellotto, " commendatore " de la République Italienne. Je suis le représentant de la septième génération d'une entreprise familiale d'artisanat du bois et de fabrique de foudres dont la création remonte à 1775.

Pouvez-vous nous présenter votre entreprise et ses activités ?

> PG. : Notre entreprise familiale produit à partir du bois, des foudres, des cuves, des petites foudres et des barriques destinés à l'élaboration de vins, d'alcools et d'autres usages industriels.

Nous pratiquons également le commerce du bois.
Notre activité ne peut pas être assimilée à celle d'une tonnellerie dans la mesure où nous sommes spécialisés dans la production de foudres dont le contenant dépasse les 1000 litres, contrairement aux tonneaux dont le contenant est inférieur à 1000 litres.
Nous sommes, sans aucun doute, l'une des familles les plus anciennes de ce métier, notre industrie étant probablement la dernière survivante de ce que fut la grande industrie de fabrique de foudres.

Quels sont pour votre entreprise les faits marquants de ces dernières années ?

> PG. : On peut citer sans se tromper, la fourniture de 712 cuves de 166 000 litres de capacité chacune pour la Gallo Winery située à Modesto en Californie, une commande qui reste à ce jour la plus importante de l'histoire de notre entreprise. Je voudrais également citer les foudres fabriquées pour le domaine de " Julisspital Weingut de Würsburg " en Allemagne : cette cave de vieillissement est considérée comme la plus belle du monde, avec son escalier d'accès décoré par Tiepolo.

Pouvez vous nous dire quelques mots sur vos projets majeurs à plus ou moins long terme ?

> PG. : Notre premier et plus important projet consiste à conquérir de nouveaux marchés au plan international. Il existe de nombreux pays producteurs de vin dans lesquels les entreprises vinicoles utilisent d'anciennes foudres de grande qualité mais datant de douzaines et de douzaines d'années, uniquement parce nos concurrents qui les avaient fabriqués et garantis, n'ont plus donné de leurs nouvelles.

Quelles sont les raisons qui peuvent expliquer la longévité de votre entreprise ?

> PG. : Nous pratiquons un très ancien métier dont l'origine se perd dans la nuit des temps. Déjà à l'époque de l'Empire Romain, les foudres étaient utilisées pour l'entreposage du vin et d'autres liquides et les barriques servaient à transporter des liquides et des aliments. L'histoire raconte comment l'Empereur " Massiminio il Trace " traversa la rivière Isonzo sur un pont fabriqué avec des foudres ; ou la célèbre fin de " Attilius Regulus" à Carthage, mort à l'intérieur d'une foudre remplie d'escargots, dévalant une montagne ; ou encore " Diogène " qui passa sa vie à l'intérieur d'une foudre. L'utilisation des foudres est donc profondément inscrite dans la tradition et, grâce à un travail de qualité et notre passion à l'exercer, nous sommes toujours là après deux siècles d'existence.

L'extraordinaire longévité de votre entreprise constitue-t-elle un argument dans la relation avec vos clients ?

> PG. : Oui, complètement, parce qu'il n'est pas possible de devenir fabricant de foudre en un jour. Pour cela, il faut avoir pendant un très long temps travailler directement le bois et les techniques de production des foudres parce que les matières premières représentent un monde infiniment complexe qui n'est pas donné à tout à chacun de connaître.
Par ailleurs, une industrie comme la notre a une véritable histoire. Elle permet de créer des relations d'affaires très étroites avec une clientèle qui vous fait confiance. Tout simplement parce que, dans la production de foudre, il n'existe pas d'école ou d'autres lieux pour apprendre ce métier. Seule l'expérience compte.

Les valeurs traditionnelles qui font la force de votre entreprise constituent-elles également un atout en matière d'innovation ?

> PG. : Pour nous, la tradition constitue un guide pour la recherche et l'innovation. Le métier de fabricant de foudre n'a pas beaucoup évolué depuis ses origines. A partir des techniques traditionnelles de production, la recherche et l'innovation nous permettent de faire le même travail mais en deux fois moins de temps, apportant ainsi la preuve que nous sommes dans le bon chemin. A l'évidence, nous avons su, à travers le temps et grâce à la technologie, améliorer la technique de réalisation des foudres tout en préservant notre tradition.

Quels sont, selon vous, les pièges les plus importants auxquels votre entreprise doit faire face pour conserver son indépendance ?

> PG. : Nous devons comprendre et anticiper les besoins du marché avant qu'ils n'évoluent. Pour cela, nous prenons toutes les initiatives et les décisions qui s'imposent sans laisser la possibilité à d'autres de nous les imposer. Nous continuons également à consacrer nos ressources et toute notre attention au maintien de la qualité de nos foudres pour qu'elles demeurent au plus haut niveau du marché.

La volonté de votre famille de garder l'entreprise indépendante a-t-elle nécessité au fil des siècles des choix difficiles. Si oui, pouvez-vous nous en citer quelques uns ?

> PG. : Tout a fait. Lors de la crise du marché en 1980, je me suis trouvé dans l'obligation de me séparer d'un certain nombre d'employés pour conserver ceux qui travaillaient à la fabrication des foudres et les déplacer dans le commerce du bois. Cette décision nous a permis de préserver l'avance technologique que nous avions dans ce secteur. Quand bien même le sacrifice fut lourd à supporter, j'étais certain que le marché retrouverait son dynamise et le temps m'a donné raison.

La transmission de votre entreprise à un membre de votre famille est-elle régit par des règles clairement établies ?

> PG. : Il n'existe pas de règles établies. Ce qui compte avant tout pour nous c'est le mérite. On essaye toujours de désigner les membres de la famille dont les capacités et la passion constitueront les meilleures garanties pour une bonne gestion de notre entreprise et pour son avenir.

La nouvelle génération est-elle déjà dans l'entreprise ?

> PG. : La nouvelle génération est déjà en place. Mes trois fils, Piergregorio, Piero et Pieremilio, ont pris ma succession à la direction de notre entreprise familiale. Chacun dans son propre secteur. Aussi, pour moi, après 65 années d'un travail existant et plein de satisfactions, j'ai décider de me retirer pour devenir maintenant un " vieux gardien " et donner à mes fils les conseils dont ils ont besoin.

Auriez-vous un message à communiquer à toutes celles et ceux qui voudraient se lancer dans la création de leur entreprise familiale ?

> PG. : Ne pas travailler uniquement pour l'argent, surtout avec passion et pour toute la satisfaction que vous pouvez retirer de votre travail. C'est certainement le plus juste des chemins pour créer une entreprise historique.

M. Pietro Garbellotto, qui s’était retiré de la société en 2006, est décédé en 2011.
Aujourd’hui, l’entreprise est dirigée par ses trois fils  pleinement intégrés dans la société depuis l’année 2000.