Histoire des HENOKIENS

 
LE CERCLE DES FAMILLES

Association d'Entreprises Familiales et Bicentenaires, les Hénokiens sont aujourd'hui 40 ; 1 anglais, 12 italiens, 12 français, 4 allemands, 2 hollandais, 5 japonais, 2 belges et 2 suisses. Des chefs d'entreprise, des managers de choc, des dirigeants pas comme les autres. En 1981, ils se sont groupés, reconnus, cooptés, au sein d'une association internationale. La plus fermée, la plus rigoureuse : les Hénokiens.

Cliquez-ici pour découvrir la répartition géographique des Hénokiens

Les critères pour appartenir à l'Association des Hénokiens sont la longévité de la firme - 200 ans d'âge au moins - sa pérennité - majorité détenue par les descendants du fondateur et direction effective assurée par l'un d'entre eux - et sa bonne santé financière. Le tout sur fond de modernité.

Les objectifs de l'association, créée en 1981, sont le développement de ses membres à travers le monde autour d'une philosophie commune : la valeur du concept de l'entreprise familiale, alternative aux multinationales.

Extraits du reportage sur les Hénokiens
diffusé sur France5 (2008)


Il ne s'agit pas d'une confrérie, les secteurs d'activité des entreprises membres de l'association étant en effet très diversifiés : artisanat, édition, industrie, service, commerce...

Ce n'est pas non plus un club d'affaires (certaines firmes peuvent être concurrentes) les Hénokiens n'échangent pas de services, ils n'échangent que des idées.


POURQUOI LES HENOKIENS ?

En 1981, l'idée de créer une association d'entreprises familiales au moins bicentenaires, vient au Président Directeur Général de Marie Brizard, descendant de la créatrice (en 1755) de la première anisette. Il décide de la placer sous le signe d'Hénoch.

Hénoch (ou Enoch) est l'un des grands patriarches de la Bible. Fils de Caïn et père de Mathusalem, il vécut avant le déluge et quand il disparut, à 365 ans, il ne mourut pas mais fut élevé dans les cieux. Après un an de recherches, Gérard Glotin, PDG de Marie Brizard (aidé par 164 chambres de commerces et par 25 attachés commerciaux d'ambassade) retrouve 74 sociétés et en sélectionne une trentaine.

La première rencontre a eu lieu à Bordeaux en 1981 et, depuis, les Hénokiens se réunissent tous les ans dans un pays différent à l’occasion de leur Assemblée Générale : le Japon en 2008, la Suisse en 2009 et l'Italie en 2010 ont successivement accueilli les Hénokiens ces trois dernières années.


QUI SONT LES HENOKIENS ?

Chacune de ces firmes a une passionnante saga. Comme dans " Les Grandes familles" (de Maurice Druon) ou "La famille Boussardel" (de Philippe Hériat) on trouve, à chaque époque, des personnages et des aventures industrielles dignes d'inspirer la littérature, la télévision et le cinéma, grand amateur de dynasties.

Mais, s'ils ont des ancêtres légendaires, les Hénokiens, en pleine réalité économique, dirigent leurs entreprises entre modernisme et tradition. Entre savoir-faire transmis et innovation, voire diversification ; avec talent.

Ne pas s'endormir sur ses lauriers, faire toujours mieux que les générations précédentes, telle est la règle de ces descendants qui ne cessent de monter.

Mais la puissance d'une entreprise n'est pas un critère pour devenir Hénokiens, on privilégie, en effet, la solidité.

C'est ainsi que l'on trouve des entreprises de tailles très différentes, des noms célèbres et d'autres moins connus du grand public.




Retour haut de page