Nakagawa Masashichi Shoten

NAKAGAWA MASASHICHI SHOTEN Co., Ltd

1112-1, Tokujo-cho
Nara, Prefecture de Nara
Japon

Tél : +(81) 0742 61 6676
Fax : +(81) 0742 61 6672

E-mail: nakagawa@yu-nakagawa.co.jp
Internet : www.yu-nakagawa.co.jp

NAKAGAWA MASASHICHI SHOTEN aujourd’hui :

Fondée en 1716 dans la région de Nara, l’entreprise célèbre en 2016 son tricentenaire. Depuis sa création, elle fabrique du tissu en ramie filé et tissé à la main.

Le savoir-faire et les techniques de l'artisanat japonais sont au cœur des divers produits d'usage courant, design et de haute qualité, proposés par Nakagawa Masashichi Shoten, qui parvient à réinterpréter les matières traditionnelles dans un esprit novateur et moderne. Son produit phare, le Hana Fukin, en est le meilleur exemple. Ce « torchon » inaugura un nouvel emploi du tissu spécial de Nara originalement utilisé pour la fabrication de moustiquaires, reconnu pour ses propriétés d'absorption et de séchage rapide.

Hormis Nakagawa Masashichi Shoten, l'entreprise possède entre autres la marque Nippon-ichi, dédiée à l'artisanat et aux motifs typiques de diverses régions de l'archipel, ainsi que la marque Yu Nakagawa, qui décline les matériaux, techniques et motifs japonais traditionnels en articles contemporains. En janvier 2016, 45 magasins ont ouvert à travers le pays.

Par ailleurs, Nakagawa Masashichi Shoten propose un service de consulting spécialisé qui s’adresse aux artisans de diverses régions japonaises. En 2007, avec pour slogan « donner un second souffle à l'artisanat japonais ! », l'entreprise soutient la renaissance des petites et moyennes entreprises régionales, visant à faire émerger des entreprises pionnières destinées à redynamiser les communautés alentour. L'entreprise cherche ainsi à construire les bases qui assureront la pérennité de l’artisanat régional, préservant cet héritage en faveur des générations futures.

Du point de vue du « tourisme », ces dernières années, l’entreprise a soutenu les artisans grâce à son savoir-faire de vente au détail dans les infrastructures de transport, tels que les ventes à bord des trains Shinkansen ainsi que dans les aéroports et par la création de boutiques de souvenirs locaux. L'entreprise s'est encore diversifiée, avec notamment le Nippon-ichi Project, qui a pour objectif de promouvoir et de conserver l’artisanat local authentique, notamment le Nara sarashi, en attirant l’attention sur le savoir-faire artisanal de différentes régions.

XVIe-XVIIe siècle

Les origines du Nara sarashi (tissu blanchi de Nara) remontent à l'époque de Kamakura (1185-1333). Les sources indiquent qu'il fut utilisé dans les grands temples de Nara pour la fabrication des étoles de bonze. L'appellation Nara sarashi apparaît dans les textes dans la seconde moitié du XVIe siècle, suite à l'amélioration des techniques de blanchiment par Kiyosumi Genshirô. Désignée goyôhin (fourniture officielle du gouvernement) par le shogunat Tokugawa (1603-1867), cette étoffe – principalement employée pour la confection des tenues de samouraï et des robes de moine – connaît un bel essor dans la première moitié du XVIIsiècle. C'est durant cet âge d'or que Nakaya Kibei se lance dans le commerce du Nara sarashi, écrivant ainsi les premières pages de l’histoire de Nakagawa Masashichi Shoten.

1868

À la fin de la période Edo, le volume de production du Nara sarashi connaît une baisse d'un dixième environ en raison du développement d'autres régions de production comme Echigo et Omi. Avec la Restauration de Meiji (1868) et la disparition de la classe des samouraïs, le célèbre tissu de Nara voit sa demande chuter de manière vertigineuse.

Face à cette crise, Nakagawa Masashichi, 9e président de Nakagawa Masashichi Shoten, ouvre de nouveaux marchés, avec notamment la production de layettes et de linge pour absorber la sueur après le bain, grâce auquel l’entreprise reçoit l’honneur de devenir fournisseur de la Maison impériale en 1898.

1910

Le 10e président Nakagawa Masashichi emploie toute son énergie à la renaissance du secteur du Nara sarashi – en passe de disparaître – comme producteur-grossiste.

À cette époque, il installe une fabrique à Kizugawa, et des ateliers à Tsukigase, Tawara et Fukusumi, fournissant une source d’activité importante aux femmes de la campagne pendant la saison morte.

1925

Des mouchoirs de ramie sont présentés à l'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de Paris.

La qualité et la finesse de cette étoffe entièrement tissée à la main avec du fil filé à la main, agrémentée de motifs végétaux et d'oiseaux brodés, acquièrent une réputation internationale.

1953

En plein miracle économique japonais, la production du Nara sarashi se heurte à de nouveaux obstacles, notamment à la hausse du coût du travail et au vieillissement de la main-d'œuvre. Tandis que les autres entreprises du secteur décident de se retirer ou de s'industrialiser, Nakagawa Iwakichi, 11e président de Nakagawa Masashichi Shoten, fait le choix d'implanter sa base de production à l'étranger, décidé à perpétuer la qualité et les méthodes de fabrication textile ancestrales.

1983

Ouverture de Yu Nakagawa Honten (magasin principal) à Nara, dans le quartier de Ganriin.

Yu Nakagawa Honten en 1983

Yu Nakagawa Honten aujourd'hui

2001

Ouverture à Tōkyō du magasin-pilote Yu Nakagawa Tokyo Ebisu. L'entreprise étend son activité aux articles d'usage courant intégrant du tissu de ramie coloré, attirant également une jeune clientèle.

2003

Avec l'arrivée de Nakagawa Jun (futur 13e président), l'entreprise passe de la fabrication à la vente au détail et retravaille son image. Dans le but « d’évoluer de la simple vente, à la création d’une marque », elle crée sa propre marque et ouvre des magasins de détail, proposant ainsi au grand public des articles qui transmettent l’histoire et l’esprit de conception artisanal (monozukuri).

2007

Avec l’idée de « donner un second souffle à l'artisanat japonais ! », l'entreprise lance un service de consulting spécialisé en production artisanale.

2008

Nakagawa Jun devient le 13e président de l'entreprise.

Le Hana Fukin, torchon fabriqué à partir d'un tissu spécial de Nara, à l'origine utilisé pour la fabrication de moustiquaires, reçoit le premier prix du Good Design Award.

2010

Inauguration de Nakagawa Masashichi Shoten en tant que marque d'articles d'usage courant.

Bénéficiaire du service de consulting de Nakagawa Masashichi Shoten, l'entreprise Maruhiro, potier de Hasami, dans la Préfecture Nagasaki, remporte un grand succès avec ses tasses en porcelaine Hasami-yaki, de la nouvelle marque HASAMI.

2013

Ouverture de Nakagawa Masashichi Shoten Tokyo Honten (magasin principal) et de le Nippon-ichi Nara Sanjoten.

2016

300e anniversaire de la fondation de l'entreprise. Établissement du bureau de Tōkyō à Omotesandō.

Ouverture du magasin Nakagawa Masashichi Shoten Omotesando.